w

Créer et éditer des clips midi

Dans les vidéos précédentes, nous avons vu comment arranger de multiples manières des clips qui existaient déjà dans nos projets ouverts. Dans celle-ci au contraire, nous allons voir comment l’on peut éditer puis créer des clips midi au sein de notre arrangement.
Instruments virtuels
Pour cela, nous avons un projet ouvert avec des instruments virtuels pré-chargés. Chaque instrument est dans une piste midi, et attend des instructions pour produire des sons. En effet, à la différence des pistes audio qui elles, lisent des sons directement placés dans l’arrangement, l’instrument virtuel attend de nous qu’on lui envoie des informations avec, éventuellement, des notes à jouer à une certaine hauteur, avec une certaine dynamique, et lui s’occupera de produire le son par de multiples moyens que nous détaillerons dans d’autres vidéos, quand nous étudierons plus précisément les instruments de Live. Ces informations peuvent lui être transmises de différentes manières : on peut par exemple jouer d’un “contrôleur midi » relié au logiciel, ou écrire une partition qui s’appelle “clip midi » qui sera exécutée par l’instrument au cours de la lecture.
Jouer de l’instrument en temps réel
 
La première manière d’obtenir du son par un instrument virtuel, est d’en jouer grâce à un périphérique appelé « contrôleur midi ».  Seulement, vous ne disposez peut-être pas d’un contrôleur prêt à l’emploi pour le logiciel. Mais même si ce n’est pas le cas, vous pouvez en jouer en temps réel pour tester des idées, même sommairement. Live permet en effet d’utiliser le clavier de votre ordinateur pour en jouer comme un piano. Cela est bien entendu beaucoup plus limité qu’un piano, mais a le mérite de pouvoir tester voire enregistrer quelques idées rapidement.
Pour ce faire, il faut que le bouton en haut à droite de l’écran représentant quelques touches de piano soit activé, et que vous disiez à la piste de l’instrument dont vous voulez jouer, d’écouter et d’interpréter les informations que vous lui envoyez. Pour cela, le plus simple est d’armer en enregistrement la piste en question, en appuyant sur le point contenant une petite note de la piste. Il faut que celui-ci soit activé, c’est-à-dire rouge, et vous pouvez alors jouer de votre clavier d’ordinateur. Dans ce cas, la configuration est la suivante : q est un « do », s est un « ré », d est un « mi » et ainsi de suite jusqu’au L qui est un « ré ». Les touches de la rangée du dessus servent pour faire les # et bémols : z est un do# ou un ré bémol, e est un ré# ou un mi bémol par exemple. Vous pouvez changer d’octave en appuyant une fois sur les touches w et x : w baissera les notes envoyées d’une octave quand x les montera d’une octave. Enfin, avec c et v, vous pourrez changer la vélocité, c’est-à-dire la dynamique des notes que vous envoyez : c baissera la vélocité quand v l’augmentera.
Vous pouvez donc jouer d’un instrument virtuel de cette façon et tester comment il réagit. Cela permet aussi d’enregistrer une partition de cette manière, c’est-à-dire enregistrer tout ce que vous jouez sur votre clavier pour le relire ensuite. Nous allons maintenant créer un clip midi dans l’arrangement pour commencer un morceau.
Créer et éditer un clip midi
 
Il y a deux manières de créer des clips : l’enregistrement est la première que nous allons voir. En écran arrangement, quand vous cliquez sur le bouton d’enregistrement de la barre de transport, vous allez déclencher l’enregistrement des toutes les pistes armées en enregistrement. Si ce sont des pistes audio, le logiciel enregistrera le son qui entre dans l’ordinateur, et si ce sont des pistes midi, la partition contenant les informations midi qu’il reçoit.
Pour tester cela, je vais donc enregistrer une petite séquence directement sur le clavier de l’ordinateur. Je clique d’abord sur le bouton d’enregistrement, la piste armée devient rouge et le compteur défile. Je peux maintenant jouer sur le clavier de mon ordinateur.
Une fois que j’ai fini, il me suffit d’arrêter la lecture ou de cliquer sur le bouton d’enregistrement pour le désactiver. Dans ce dernier cas, la lecture continue.
Grâce à cet enregistrement, j’ai donc créé deux clips dans mon arrangement. Vous l’avez certainement remarqué, les deux clips sont assez différents l’un de l’autre car comme je vous le disais, l’un est sur une piste audio et a donc enregistré du son quand l’autre est sur une piste midi et a donc enregistré les notes que j’ai jouées. Nous allons commencer par n’écouter que le clip audio, dont le son provient du microphone intégré de mon ordinateur par lequel j’enregistre cette vidéo. Vous devriez donc en toute logique ré-entendre ma voix expliquer ce qu’il se passe à l’écran au moment où je déclenche l’enregistrement. Pour n’écouter que le clip audio, je vais désactiver l’autre en le sélectionnant et en appuyant sur 0, et je lance la lecture.
Comme prévu, on m’entend parler au début de l’enregistrement, mais ensuite on n’entend pas les notes de piano, simplement le bruit des touches que j’appuie sur mon ordinateur. L’explication est très simple, c’est parce que j’enregistre la vidéo avec un casque, qui me permet d’entendre le son de l’ordinateur sans que celui-ci ne soit ensuite repris dans le microphone. Il n’y a donc pas le retour sonore des informations que j’ai envoyées à la piste midi, le microphone ne les perçoit pas.
Nous allons maintenant faire l’inverse, c’est-à-dire n’écouter que le clip midi. Je réactive donc mon clip midi et désactive le clip audio puis lance la lecture.
Cette fois-ci, nous n’entendons plus aucun son de voix ni le bruit des touches, seulement le son du piano qui interprète la partition contenue dans le clip midi. L’enregistrement midi est donc très pratique : peu importent les conditions sonores dans lesquelles j’enregistre, je peux me trouver dans un environnement très bruyant, le logiciel n’enregistrera que la partition précise de ce que je joue, et non le son. Le clip midi produit est en outre modifiable sans limite : on peut corriger chaque note en terme de hauteurs, de rythme et de dynamique.
Avant de voir comment nous pouvons, justement, modifier le contenu d’un clip midi, nous allons voir la deuxième manière d’en créer un dans l’arrangement. Il y a une solution très simple pour faire cela, qui consiste à sélectionner un passage dans l’arrangement, aller dans le menu « créer », puis cliquer sur « insérer clip midi ». Cela a pour effet de créer un clip midi vide à l’emplacement souhaité, sur la longueur sélectionnée. Mais il faut ensuite écrire des informations à l’intérieur, car pour l’instant, il est complètement vide.
Editer un clip midi
Je vous ai dit précédemment qu’un clip midi est modifiable. Cela signifie que nous pouvons afficher ce qu’il contient et en modifier la partition. Pour faire cela, il faut double-cliquer sur le clip qui nous intéresse (cliquez bien sur la barre colorée et non le contenu), et la partition s’affichera dans l’inspecteur, la zone qui est en bas de votre écran. Si vous êtes habitué à lire des partitions « classiques », sachez que Live affiche ces partitions sous format piano-roll. Cet affichage est très récurrent dans les logiciels de production musicale car il permet de s’adresser aux gens qui ne savent pas lire les partitions classiques, et parce que l’affichage de partitions traditionnelles, pour avoir un rendu correct nécessiterait plus de travail du processeur. De plus, et c’en est peut-être d’ailleurs la raison principale, il permet un affichage de toutes les hauteurs sans coupure entre plusieurs portées et une écriture rythmique plus précise. Pour écrire des partitions midi il faut donc s’habituer à ce type de notation.
Le piano-roll se lit de gauche à droite, les notes sont représentées par de petits bâtons horizontaux dont la longueur dépend de la durée de la note. Comme dans une partition traditionnelle, plus la note est haute dans la partition, plus elle est aiguë et inversement, plus ell est basse, plus elle est grave. L’affichage suit le schéma d’un clavier de piano que vous pouvez voir à gauche, avec ses touches blanches et noires. Avec un peu de pratique on finit par réussir à lire correctement ce type de notation.
Nous pouvons donc modifier le contenu d’une partition de plusieurs manières : en créant des notes, en les allongeant ou en les rétrécissant, en les déplaçant horizontalement ou verticalement, en les supprimant ou en les désactivant, en les copiant. Vous pourrez aussi modifier leur vélocité.
     Créer une note
 
Pour écrire des notes dans la partition, il suffit de double-cliquer à l’endroit où on souhaite placer la note en question. Un rectangle de la longueur d’une division de la grille apparait alors. Si vous souhaitez créer des notes plus rapidement, vous pouvez aussi utiliser le mode crayon accessible en appuyant sur la touche b de votre clavier ou en cliquant sur le bouton crayon en haut à droite de votre écran. Dans ce cas, chaque clic sur la partition crée une note.
     Allonger et rétrécir des notes
 
Quand vous avez créé une note, la longueur par défaut ne vous conviendra pas à chaque fois. Vous pouvez modifier la longueur de la note en passant le curseur de la souris à une extrémité du rectangle représentant la note. Exactement comme dans le cas des clips, un crochet apparait et vous pouvez alors tirer l’extrémité pour allonger ou rétrécir la note en question.
     Déplacer des notes
 
En plus de les allonger ou de les rétrécir, vous pouvez aussi déplacer des notes dans la partition. Pour cela, cliquez sur la note, maintenez le clic appuyé et déplacez le curseur vers l’endroit que vous souhaitez. Vous pouvez déplacer horizontalement ou verticalement. Horizontalement, cela signifie qu’elle sera jouée plus tôt ou plus tard dans la partition, et verticalement signifie qu’elle sera transposée, vers l’aigu ou le grave. Le déplacement est assez intelligent dans Live : les notes vont globalement essayer de rester aimantées à la grille d’affichage, mais quand le logiciel détectera que vous voulez la faire jouer juste un tout petit peu plus tard ou plus tôt, selon la vitesse à laquelle vous déplacez votre souris, il vous laissera placer la note à l’endroit exact souhaité. Si ce déplacement fin n’est pas actif, vous pouvez néanmoins obliger le logiciel à l’activer en appuyant pendant le déplacement sur la touche cmd sur Mac ou ctrl sur Windows. Dans ce cas la grille devient inactive et vous laisse la possibilité de placer la note exactement où vous le souhaitez.
     Supprimer ou désactiver
 
Bien entendu, comme dans le cas des clips, vous pouvez supprimer des notes en les sélectionnant et en appuyant sur le touche effacer ou suppr de votre clavier. Mais vous pouvez aussi simplement les désactiver en les sélectionnant et en cliquant sur 0.
     Couper, copier, coller, dupliquer
 
Comme nous avons pu le voir dans l’édition d’arrangement, il est possible de couper, copier, coller et dupliquer des notes ou un ensemble de notes de votre partition, en les sélectionnant et en utilisant les mêmes raccourcis : couper permet de mettre en mémoire une sélection et de la supprimer pour la coller (c’est-à-dire la faire apparaitre) ailleurs, copier permet la même opération mais sans supprimer la sélection. Enfin, dupliquer recopier la sélection à la suite de celle-ci. Dans toutes ces manipulations, si les notes collées depuis la mémoire recouvrent d’autres notes déjà placées, ces dernières seront supprimées automatiquement.
Pour ne pas surcharger les informations, nous verrons en bonus dans une vidéo annexe quelques subtilités concernant ces commandes de copie et duplication et ce qu’il se passe lorsque l’on utilise les commandes d’édition de “zone temporelle » dans cet éditeur de partition.
     Edition de la vélocité des notes
 
Enfin, concernant les possibilités d’édition, il nous reste à voir comment l’on peut éditer la vélocité des notes. Il y a deux moyens possibles : le premier est de faire apparaitre l’éditeur de dynamique, qui est actuellement masqué. Cela se fait en appuyant sur le tout petit triangle disponible dans la réglette des notes, sur la gauche de votre éditeur. En cliquant dessus, un nouveau volet apparait, et un marqueur s’affiche pour chaque note de la partition. Dans cet éditeur, plus la note a une grande vélocité, plus le marqueur est allongé, plus elle a une petite vélocité, plus ce marqueur est court. Vous pouvez modifier la longueur de ces marqueurs en cliquant dessus, maintenant appuyé et en déplaçant le curseur vers le haut ou le bas.
La deuxième manière, ne nécessite pas d’ouvrir l’éditeur de dynamique : il suffit de passer au dessus d’une note dans l’éditeur, de maintenir la touche cmd sur mac ou ctrl sur Windows, de cliquer, maintenir appuyé et déplacer le curseur vers le haut ou le bas. Dans ce cas un petit indicateur vous indique à quel niveau de vélocité vous êtes en train de régler la note. Pour mémoire, dans la norme midi, les notes peuvent avoir une vélocité de 0 à 127. Live vous autorise une vélocité de 1 à 127.