w

Arrangement et exportation

Enregistrer son morceau à partir du mode session
 
Le mode session, nous l’avons vu, vous servira à jouer du logiciel comme d’un instrument grâce à son fonctionnement axé autour des clips à déclencher manuellement. Nous avons, pour l’instant, survolé grossièrement cette partie du logiciel, et nous l’approfondirons ensuite car elle possède beaucoup d’autres possibilités très intéressantes.
Mais avant cela, nous allons voir aujourd’hui comment, à partir de ce que nous avons étudié, nous allons pouvoir organiser de la musique dans le séquenceur de Live et l’exporter ensuite en fichier audio pour la diffuser à d’autres personnes.
Pour faire cela, il existe deux méthodes très différentes. L’une se déroule dans le temps musical avec le bouton d’enregistrement, l’autre utilise l’écriture manuelle.
Bouton d’enregistrement
 
La première méthode, qui me tient à coeur, car elle sous-entend que le logiciel est un instrument, est de jouer des clips en mode session et d’enregistrer la partition générale de ces clips. En fait, le logiciel enregistre l’ordre dans lequel on les a lus et arrêtés. Dans l’absolu, c’est un peu la même chose que si vous vouliez enregistrer ce que vous jouez sur une guitare par exemple, mais avec encore plus de possibilités d’édition ensuite.
La méthode pour faire cela est très simple, il suffit d’armer le bouton enregistrement d’arrangement situé dans la barre de transport à côté du bouton stop. Il suffit ensuite de jouer les clips dans l’ordre que vous le souhaitez, et vous verrez l’arrangement, c’est-à-dire la partition globale de votre prestation, qui s’affichera dans l’écran arrangement.
Avant toute chose, je vous conseille de bien vérifier que le morceau est arrêté, et que le compteur de mesure est bien de retour à 1.1.1, c’est-à-dire au tout début. Cela vous évitera d’avoir un arrangement qui démarre après un long moment de silence. Pour retourner au tout début du morceau, double-cliquez sur le bouton stop.
Cliquons maintenant sur le bouton enregistrement d’arrangement. Selon la configuration de votre logiciel, il peut se passer plusieurs choses. Nous n’allons parler ici que du comportement par défaut, la configuration standard de Live, et voir plus tard comment nous pouvons personnaliser la comportement du logiciel pour correspondre à nos attentes.
Dans le cas de la configuration par défaut, quand cliquez sur le bouton d’enregistrement, vous entendez quatre « bips », pendant lesquels le compteur de temps s’affiche en rouge. Le morceau ne démarrera effectivement qu’après ces quelques sons. Ils correspondent aux temps de préparation avant l’enregistrement, qui vous permettent de vous mettre en place pour commencer à enregistrer dès le premier temps du morceau. On appelle cela les mesures de décompte avant enregistrement. Par défaut dans le logiciel, vous avez une mesure pour vous préparer avant de commencer à jouer. Cela peut-être suffisant pour des morceaux lents, mais bien trop court pour des morceaux rapides. Vous pouvez donc régler le nombre de ces mesures manuellement, pour ne pas rater votre entrée. Cela se fait en cliquant sur le petit triangle à côté du bouton de métronome. Vous avez le choix entre 0, 1, 2 et 4 mesures de décompte avant que le logiciel commence à enregistrer.
Je vais, dans notre cas, choisir de mettre 4 mesures de décompte, afin que vous ayez le temps d’observer certaines choses. Puis nous allons enregistrer un petit arrangement de ces quelques clips.
La première chose que vous avez peut-être remarquée pendant ces manipulations, c’est que pendant le décompte des quatre mesures, j’ai demandé à Live de lire le premier clip de la batterie. Celui-ci s’est mis à clignoter mais ne s’est lancé qu’après les quatre mesures de décompte. Ensuite, Live a recopié dans l’arrangement les clips que j’ai lancé et arrêté. Nous pouvons en voir le résultat dans l’écran arrangement en appuyant sur brièvement sur la touche tab ou en cliquant sur le bouton situé en haut à droite de l’écran.
Nous voyons ici, parfaitement reproduit, l’arrangement que j’ai créé à partir des différents clips disponibles dans l’écran session.
Il y a une chose importante à noter à ce moment de la vidéo, c’est la demie-teinte qu’ont les clips dans l’écran arrangement. Dans Live en effet, la fenêtre session a toujours la priorité. Le logiciel considère que, venant d’utiliser le mode session, vous allez peut-être à nouveau vouloir l’utiliser. Peut-être parce que vous voudriez ré-enregistrer votre arrangement pour en corriger quelques erreurs. C’est pour cela que les clips sont à moitié transparents : si vous cliquez sur lecture, votre arrangement ne sera pas lu à l’identique. Pour dire à Live de relire ce que vous avez enregistré, il faut cliquer sur le bouton orange appelé « retour à l’arrangement ». Cela dit à Live de ne plus tenir compte des clips lus en écran session, mais de bien lire ceux en écran arrangement. Vous pouvez ainsi toujours modifier en temps réel un arrangement ou une prestation en temps réel en jonglant entre les deux écrans.
En cliquant sur le bouton « retour à l’arrangement », les clips reprennent un peu de couleur, et vous pourrez réentendre l’enregistrement que vous avez fait.
Ceci est la première méthode de création d’un arrangement dans Live, axée sur le temps musical. Elle peut vous paraitre un peu difficile à cerner au début, notamment avec le bouton de retour à l’arrangement, mais en vous familiarisant avec l’interaction entre ces deux écrans, vous verrez que le logiciel offre une grande souplesse pour tester des idées musicales, tester des orchestrations…
Nous allons maintenant voir une deuxième méthode pour créer un arrangement à partir du mode session.
Arrangement Manuel
 
La deuxième méthode pour mettre en forme un arrangement des clips que nous avons dans la fenêtre session, est tout simplement de les déplacer vers la fenêtre arrangement à la souris. Cela se fait en cliquant sur le corps d’un clip (pas le bouton de lecture, la zone de couleur), en appuyant sur la touche tabulation pour passer à la la fenêtre arrangement et en relâchant le clip à l’emplacement souhaité. Le clip s’insère alors dans l’arrangement, sur sa longueur initiale. C’est à dire que le clip sera reproduit par défaut dans toute sa longueur. Vous pourrez ensuite le faire répéter dans le cas d’une boucle, en l’allongeant ou le lire moins longtemps en le raccourcissant. En réalité, le clip que vous venez d’insérer n’a pas disparu de l’écran session. Il existe toujours, nous n’avons fait que créer une copie. Vous avez donc deux versions de ce clip, une dans l’écran session et une dans notre arrangement. Il est important de noter que ces clips sont complètement indépendants l’un de l’autre : modifier l’un ne va pas modifier l’autre, ils ne sont pas liés ensemble.
Je vais rapidement créer un petit arrangement très simple de cette manière que nous pourrons écouter ensuite.
Voici un début de morceau qui s’affiche à l’écran. A ce moment, vous avez remarqué que les clips de l’écran arrangement sont toujours à moitié transparents, il faut donc appuyer sur le bouton retour à l’arrangement pour pouvoir écouter notre morceau tel qu’il est écrit. Je voudrais toutefois faire répéter certains clips, notamment la batterie pour pouvoir accompagner le reste du morceau. Cela se fait en passant la souris sur l’une des extrémités d’un clip. Le pointeur prend alors la forme d’un crochet et vous pouvez alors, en cliquant et maintenant appuyé le clic de souris, allonger le clip ou le réduire.
Allonger des clips qui sont des boucles les font simplement répéter, et vous verrez que le logiciel affiche les répétitions de ces boucles par un petit trait vertical, discret, qui indique chaque répétition de ces clips.
Nous avons donc vu comment nous pouvons organiser, de deux façons différentes un petit arrangement d’un morceau dans le séquenceur de Live. J’ai abordé ce logiciel par la fenêtre session, qui est une des spécificités de Live qui n’existe que dans très peu d’autres logiciels. Mais ne vous inquiétez pas, si les manipulations vous semblent un peu fastidieuses, sachez que vous pouvez ne travailler qu’avec l’écran arrangement et tout écrire directement dedans sans passer par l’écran session. Nous verrons comment faire dans la prochaine vidéo qui vous montrera comment éditer beaucoup plus précisément votre arrangement que ce que nous avons pu voir jusqu’ici.
Il nous reste à voir comment exporter notre composition pour la diffuser ou la réutiliser comme fichier audio sur le disque dur de l’ordinateur.
Exportation audio
 
Supposons que je suis tout à fait satisfait de ma composition telle qu’arrangée à l’écran. Je voudrais pouvoir exporter le morceau sur le disque dur en tant que fichier audio. Pour faire cela, c’est très simple, il suffit de cliquer sur le menu Fichier, puis Exporter audio/vidéo et vous aurez ainsi une nouvelle fenêtre qui va s’afficher et va vous demander quel type de conversion vous voulez réaliser. Notamment la sélection : vous pouvez choisir de convertir la piste Master, ce que vous entendez dans votre casque ou sur vos haut-parleurs d’ordinateur. Si vous voulez entendre votre composition comme écrite dans l’arrangement, c’est ce que vous voudrez faire. Vous avez aussi la possibilité, en cliquant sur le menu déroulant, choisir de n’exporter qu’une des pistes, toutes les pistes dans des fichiers audio séparés ou une sélection de certaines pistes.
Vous avez ensuite deux paramètres qui concernent la durée : début de la conversion et longueur de conversion. Ils sont réglés par défaut dans Live selon votre projet. Dans notre cas, le début du morceau, c’est le premier temps du séquenceur, et vous pouvez vérifier que le paramètre est bien réglé sur 1.1.1. La longueur de conversion, elle, va dépendre de la quantité de clips que Live va rencontrer dans l’arrangement. Il va exporter l’audio jusqu’à la fin du dernier clip présent dans l’arrangement. Etant donné que dans mon cas, il n’y a plus aucun clip au-delà de la douzième mesure, Live propose de s’arrêter au début de la treizième. S’il y avait eu un clip plus loin dans la partition, il m’aurait proposé d’exporter l’audio jusqu’à la fin de celui-ci.
Vous avez la possibilité de choisir entre deux formats audio : wav et aiff. Live n’a pas la fonctionnalité d’enregistrer en mp3 directement, préférant se concentrer sur des formats non compressés, souvent de bien meilleure qualité.
Vous devez ensuite cliquer sur exporter, en bas de la fenêtre et Live vous demandera sous quel nom et à quel endroit du disque dur vous souhaitez sauvegarder votre fichier audio. Cliquez ensuite sur enregistrer, et Live effectue alors la conversion audio sur le disque, qui peut prendre plus ou moins de temps selon la complexité de votre projet.
Conclusion
 
Nous avons donc abordé deux méthodes différentes de création d’un arrangement à partir de clips du mode session. Nous verrons dans de prochaines vidéos comment éditer beaucoup plus précisément cet arrangement et comment réaliser son morceau complètement, sans passer par des clips pré-existant.